Bref, je suis « YouTeubeuse »

Le 1e avril, j’annonçais la couleur : puisque notre société ne cesse de dire à notre génération que l’on peut tout accomplir et qu’il faut écouter nos rêves, je décidai de prendre ces bonnes paroles très au sérieux et de quitter mon emploi au Luxembourg – après tout, dans la conjoncture actuelle, qui voudrait d’un CDI temps plein au Luxembourg ? – pour me lancer comme YouTeubeuse Beauté.

Mon but ? Devenir riche et célèbre, et recevoir des produits gratuits en bonne femme vénale que je suis.

Si le sarcasme et la bêtise apparents de mes propos me semblaient évidents, j’ai néanmoins beaucoup rigolé face à mes proches désemparés, ne sachant pas s’ils devaient me prendre au sérieux ou non.

C’est donc ainsi que je me suis glissée dans la peau d’une YouTeubeuse un peu naïve, très maladroite et surtout mégalo, persuadée d’être pourvue d’un talent sans frontière, qui tente d’imiter tant bien que mal – et plutôt mal que bien – les grands concepts vidéo à mode. Haul, Morning Routine, Tuto Make-Up, Unboxing… Tout y passe.

Morning RoutineÀ l’instar des autres « Youteubeuses », je présente les produits que j’utilise pour ma routine matinale.

Ayant toujours aimé l’exagération, c’est donc avec plaisir que je me glisse dans ce personnage pour proposer, semaine après semaine, des vidéos où je raconte ma vie sans filtre ni honte aucune, avec une vulgarité qui me vaudrait d’être déshéritée.

Quant à savoir quelle est la barrière entre le personnage joué et la vraie Laura… À vous de voir. Suis-je réellement tarée ou n’est-ce qu’un rôle ? À moins que l’excuse du « personnage » exagéré soit une façade pour laisser s’exprimer mon vrai moi ? Qui sait !

Je pose à poil !Il paraît que « poser à poil » permet d’avoir plus d’abonnés quand on est une fille. J’ai donc suivi ce conseil à la lettre.



Mais du coup, c’est quoi mon vrai but ?


Après deux ans sans faire de vidéo, j’ai l’After Effects qui me démangeait. Même si je ne suis pas satisfaite de la qualité des vidéos que je propose et que j’aimerais pouvoir aller plus loin, je prends grand plaisir à faire des essais d’effets et à me replonger dans le montage de façon globale. Parce que le but premier, c’était bien celui-là : réveiller mes acquis en animation et retrouver petit à petit tout ce que j’avais perdu en deux ans sans pratiquer, dans l’espoir que cela puisse m’être utile dans le cadre de mon travail (que je ne comptais bien évidemment pas quitter). J’espère pouvoir par la suite me plonger plus sérieusement dans l’animation pure (rigging, illustration, animographie…).



Cela signifierait-il que je ne rêve pas vraiment de devenir riche et célèbre ?


 Eh bien… L’argent rend les gens cons et la célébrité a de nombreuses tares. Pour moi qui n’aspire qu’à une vie tranquille, je ne suis pas sûre que cela soit vraiment compatible.

HaulDe toute façon et tel que je le dévoile dans ma vidéo de Haul, je suis riche en frites. C’est tout ce qui compte.

Et j’avoue que j’ai beaucoup de mal à comprendre cette course aux « followers », aux « likes » et aux « commentaires »… L’important n’est-il pas de s’amuser et de partager ? D’autant que ne soyons pas naïfs, si la carrière de « Youtubeur » en fait rêver plus d’un, peu parviendront à réellement en vivre. Et personnellement, je me sens suffisamment agressée par les pubs qui fleurissent de partout, hors de question donc d’activer la monétisation qui infligerait aux internautes ces foutues pubs qui me gavent.

Réaliser ces vidéos m’a également permis de découvrir toute une partie de l’internet qui m’était jusqu’alors inconnue. Certes, je connaissais le phénomène de « Youtubeuse beauté« , mais n’étant pas vraiment branchée par la chose (je préfère les vidéos humoristiques, informatives, ou les chansons ringardes de pipi et de caca, j’admets), je ne m’étais jamais penchée sur le sujet. Et j’admets que… Si je n’étais pas moi, je ne regarderais pas mes propres vidéos. En toute honnêteté, j’avoue que cet engouement profond pour des meufs qui racontent leur vie face caméra me dépasse quelque peu.

youtubeuse4Petit jeu créé pour ma vidéo dans laquelle je teste un masque de beauté.

Attention, je ne juge pas : je trouve ça vraiment génial que des jeunes filles aient l’opportunité de s’exprimer, de partager sur leurs passions quelles qu’elles soient et de se créer une communauté ; je comprends que certaines se prennent au jeu et s’y adonnent à fond 🙂 C’est juste que moi, c’est pas forcément mon truc, je préfère largement lire des articles que de regarder des vidéos, même si je m’y mets de plus en plus (il faut bien que j’étudie mon sujet si je veux pouvoir le parodier 😉 ). Et je trouve ça étrange de vénérer un personnage virtuel dont on ne sait rien en-dehors de ce qu’il veut bien montrer sur les réseaux sociaux. (Bon allez, j’admets, je dis ça mais en vrai je suis pas mieux, je suis super amoureuse de McFly et Carlito ♥)



En lançant ma chaîne, il y a aussi le côté analytique et anthropologique qui m’intéressait.


Jusqu’où iront mes vidéos, sachant que je ne fais AUCUNE publicité pour ces dernières à part un partage rapide sur mes pages Facebook/Story Instagram où je n’ai pas vraiment beaucoup d’abonnés ?

À partir de quel moment aurais-je droit aux commentaires haineux ?

Combien de personnes ne parviendront pas à faire la distinction entre le personnage au second degré qui dit de la merde et la « vraie moi » qui dit aussi beaucoup de la merde mais qui est quand même un poil plus sensée (enfin, j’espère 😉 ) ?

– Etc…



Et les réponses sont plutôt intéressantes :

– J’ai 21k vues sur ma vidéo de coloration de cheveux (que pourtant je n’étais pas motivée à monter). Ne comprenant pas d’où diable venaient toutes ces demoiselles, je suis allée chercher côté statistique. Et là, paf : beaucoup proviennent des recommandations YouTube… Mais beaucoup aussi la trouve avec des mots clés comme « coloration ratée ». Il y a donc RÉELLEMENT un pourcentage non négligeable de la population féminine qui CHERCHE à regarder des vidéos d’autres gonzesses qui ratent leur coloration. Oui, j’avoue, moi qui ne suis pas du tout dans la beauté, ça me laisse perplexe.

– J’ai déjà eu droit à deux généreux sauveurs venus m’ouvrir les yeux sur le fait que je suis moche. Je les en remercie, ça démontre à la perfection quelque chose que je comptais un jour aborder en vidéo – le fait que quand t’es une gonzesse, on en revient systématiquement à ton physique. Quoi que tu fasses. Donc, merci les gars !

– Et j’ai également quelques commentaires visiblement consternés par ma personnalité bizarre. D’accord, je vous l’accorde… Je suis extrêmement bizarre 🙂

– Point bonus, ma famille m’a quand même fait la réflexion suivante : « Elle doit avoir eu un soucis dans son enfance qui fait qu’elle n’a pas dépassé le stade anal, elle parle de caca dans toutes ses vidéos… » Il semblerait que mon éducation soit un échec :’)

Je crois que jusqu’à présent, la vidéo qui m’a le plus éclatée, c’est celle où je fais un unboxing de soi-disant « œuvre d’art abstraite inspirée par Pikachu »… Qui est en fait un plug anal. Ça m’a coûté un peu cher pour un objet qui ne me servira jamais (désolée si je ruine vos fantasmes 😉 ), mais je me suis tellement marée à jouer la fille qui ne capte pas qu’elle a un sextoy entre les mains, ça valait bien l’argent dépensé !

Alors du coup, au final, ça m’apporte quoi de faire tout ça ?

Pour moi, l’humour est une façon de dénoncer. Je ne compte cependant pas me contenter de vidéos poubelles où je fais la débile sans amour propre ; j’ai deux court-métrages en cours (si on peut appeler ça comme ça…) pour dénoncer de façon plus sérieuse d’autres phénomènes qui me tiennent à cœur. Ce sera très amateur, très brut, car je n’ai ni les moyens matériels ni les connaissances techniques, mais la création a toujours été un exutoire à mon hypersensibilité et je trouve que la vidéo est un merveilleux moyen de s’exprimer. Peu importe que ce soit pour aborder des sujets sérieux, ou pour parler de maquillage.

Et enfin, le moins négligeable : en tournant mes vidéos, je me marre. Il m’est arrivé d’aborder le thème de la dépression avec légèreté, mais c’est en réalité un aspect très pesant de ma vie, et me glisser dans la peau de cette « moi » souriante, délurée, bonne vivante et un peu coconne, ça m’éclate, ça me permet d’oublier un moment que la vie est vaine et mon avenir vague, ça me change les idées tout simplement… Et ça, ça n’a pas de prix 🙂

Je terminerai par vous dire que si l’aventure de la vidéo vous tente… Lancez-vous ! Mais surtout, ne le faites pas dans l’espoir de faire le buzz : faites-le avant tout pour vous-même. Le plaisir que vous en retirerez vaudra bien plus que toutes les vues du monde.

Leave a Comment