Elephant Camp

Les promenades à dos d’éléphant sont une attraction courante en Asie, particulièrement en Inde et en Thaïlande. Fort heureusement, avec le développement du tourisme responsable, elles sont de plus en plus boycottées. Un grand nombre d’éléphants se retrouvent donc délaissés, c’est pourquoi de plus en plus de camps de sauvetage voient le jour.

Les éléphants sont récupérés, soignés, et on leur offre un traitement décent et respectueux. C’est donc pour visiter l’un de ces camps que nous nous sommes levés de bonne heure. On commence par une petite pause café à observer un boubou pisser partout avant de reprendre la route.

Elephant Camp

Notre bus parcourt des routes sinueuses où nous pouvons apercevoir quelques travailleurs dans les champs…

Elephant Camp

Et enfin, nous voici arrivé au camp. On nous invite à enfiler un tissu portant une odeur familière aux éléphants, afin qu’ils nous approchent sans crainte, puis on nous remet un panier contenant de la nourriture pour pouvoir les rassasier.

Elephant Camp

Elephant Camp

Elephant Camp

Il y a deux bébés éléphants qui sont juste trop choupis !

Elephant Camp

Elephant Camp

Ils sont extrêmement souriants – nous avons croisé des éléphants montés lorsque nous étions au Cambodge, et clairement, l’expression n’était pas la même, beaucoup plus triste et taciturne… -, et ont l’air très ‘complices‘ avec leurs éleveurs.

Elephant Camp

Elephant Camp

Les adultes n’ont pas eu une vie facile lorsqu’ils étaient montés pour le tourisme, l’une d’entre eux a d’ailleurs une patte complètement défoncée suite à un morceau de métal qu’elle se serait pris à cette époque…

Elephant Camp

Heureusement maintenant, elle va beaucoup mieux et a un bébé dont elle peut s’occuper 🙂

Elephant Camp

Elephant Camp

Après les avoir nourris, c’est l’heure du bain !

Elephant Camp

Tous se dirigent vers une marre boueuse, nous sommes invités à nous baigner avec eux. Malheureusement, les moustiques raffolent de ma chair et comme je ne peux m’empêcher de me gratter à sang, j’ai les chevilles couvertes de plaies ouvertes : je préfère donc contempler le spectacle hors de l’eau, ne voulant pas prendre le risque de me chopper un parasite (eau boueuse + excréments = combo gagnant).

Elephant Camp

Après le bain de boue, retour dans l’eau claire pour se rincer. En nous dirigeant de l’autre côté, une scène impromptue s’est produite : un bébé éléphant d’humeur jouette a décidé de me foncer dedans. C’est mignon, c’est gentil, mais vu la taille et le poids du bébé, je vous laisse imaginer avec quelle force j’ai été projetée… Sauf que juste devant moi, la seule petite fille du groupe se tenait accroupie. Je ne sais toujours pas comment j’ai fait, mais j’ai eu à peu près une demi seconde pour réagir et parvenir à sauter au-dessus d’elle en écartant les jambes. Tandis qu’elle rigolait en me disant « j’ai un singe qui vient de sauter au-dessus de moi ! », autant dire que moi, mon compagnon et sa mère avons eu très très chaud (si je lui avais foncé dedans à cette vitesse et avec la force de l’éléphant, je n’ose pas imaginer le mal que je lui aurais fait).

En dehors de ce coup de stress, j’avoue avoir trouvé ça vraiment adorable et super touchant que l’éléphant veuille jouer avec moi haha 🙂

Une fois la baignade terminée, nous sommes invités à déguster un repas traditionnel dans une petite hutte. Il faut avouer que le cadre est vraiment superbe…

Elephant Camp

Et la nourriture était délicieuse ! Une petite soupe, du riz emballé dans des feuilles et des fruits frais, le tout cultivé localement. Que demander de mieux ?

Elephant Camp
Après ce bon repas, nous retournons faire nos adieux aux éléphants avant de reprendre la route…

Elephant Camp

Les éléphants, quant à eux, sont ramenés plus loin dans le campement, près de la forêt, car sinon, les bébés empêchent les hommes de travailler. Il faut dire qu’ils sont vraiment farceurs 🙂

Elephant Camp

Si vous avez envie de vivre une expérience inoubliable aux côtés des éléphants, évitez toute attraction qui induit de les monter et favorisez les camps de sauvetage ! C’est très difficile pour eux d’entretenir ces animaux car ils sont extrêmement voraces, ont besoin de grandes quantités de nourriture et ce n’est pas évident à financer. En outre ici je trouvais ça très bien dosé, on est arrivés dans la matinée, repartis début d’après-midi après le repas, le tout en petit groupe, on épargne donc aux éléphants d’être confrontés à de trop grosses hordes de touristes ce qui je pense est beaucoup plus sain pour eux également.

Et si vous êtes du genre à vous prendre en selfie toutes les 3 secondes avec les animaux, laissez au moins un petit billet avant de partir pour aider au bon traitement des éléphants par respect pour ces pauvres bêtes qui auront dû supporter votre overdose de narcissisme tout du long…

Enfin, si comme moi vous vous posez des questions quant au fait que les adultes portent des chaînes, j’ai demandé le pourquoi – craignant qu’ils soient attachés dès que les touristes ont le dos tourné -, et en fait avec leur appétit vorace il arrive qu’ils s’enfuient dans la forêt, les chaînes permettent donc aux éleveurs de les entendre grâce au bruit qu’elles font lorsqu’ils se déplacent, et donc de les retrouver plus facilement 🙂

Quant aux défenses absentes chez certains, malgré l’interdiction de la vente d’ivoire et les nombreux rappels à ce sujet, le trafic va toujours de bon train, je n’ai pas osé poser la question mais il n’est pas difficile d’imaginer que les leur retirer permet de faire d’une pierre deux coups : on évite tout risque de blessure pour les touristes qui les montent, et on génère du profit par la revente de l’ivoire sur le marché noir… On ne le répètera jamais assez, n’achetez jamais d’ivoire !

N’hésitez pas à booker une visite à l’Elephant Dream Valley si vous êtes de passage dans le nord de la Thaïlande ♥

Quelques photos supplémentaires :

Leave a Comment