takaosan

Japon – Mont Takao

Le 24 décembre, j’ai quitté la folie de la mégapole Tokyoïte en quête de sérénité au mont Takao.

Après deux jours de shopping, j’avais besoin de calme. J’avais hésité entre plusieurs destinations proches de Tokyo pour une journée de recueillement, et Takao semblait être le meilleur choix de par sa proximité. S’y rendre est en effet très simple : avec le JR pass, il suffit de prendre la JR Chuo Line jusque Takao, puis de changer de ligne jusque Takaosanguchi.

TakaosanVue de la station Takaosanguchi

En une petite heure de trajet, me voici donc arrivée. Sitôt sortie de la station se dresse devant moi une carte avec les différents chemins de promenade possibles. Je commence mon ascension vers le funiculaire, que je décide d’emprunter.

Takaosan

Arrivée en haut, je demande un plan et m’arrête au Parc des singes. En réalité il n’en vaut pas vraiment la peine : je pensais qu’il s’agissait peut-être d’une sorte de réserve ou parc où les singes sont en liberté, mais ils sont enfermés dans un grand enclos où on peut les observer soit à travers la vitre, soit du dessus en montant sur une plate-forme.

Takaosan

À côté, il y a un petit sentier que je décide d’emprunter avant de ressortir. Je découvre alors le Jardin des plantes sauvages, dont l’intérêt est limité en cette saison, mais le petit chemin de bois vaut à lui seul le détour. Je suis complètement seule (les visiteurs se contentant d’aller voir les singes et de repartir de sitôt)… Et je savoure.

Takaosan

Takaosan

Le Mont Takao dispose de plusieurs chemins de promenade, avec divers points d’intérêt à visiter. Je me laisse guider un peu au hasard sur la voie des temples…

Takaosan

Takaosan

Takaosan

Je finis par atteindre le Yakuo-in, le temple principal de Takaosan, où je ne manque pas d’allumer de l’encens.

Takaosan

Takaosan

Une fois le temple passé, la randonnée touche presque à sa fin : le chemin se poursuit encore un peu dans la montagne, me laissant apprécier la beauté de la forêt, avant d’enfin arriver au sommet.

Takaosan

Takaosan

Takaosan

La vue sur la ville est belle, mais si les promeneurs se pressent au sommet de Takaosan, c’est pour un tout autre spectacle : celui de Fujisan, dont le sommet est visible au loin !

Takaosan

L’ascension m’aura pris moins de temps que prévu malgré mes nombreux arrêts photos. J’hésite à repartir vers un autre chemin m’imprégner d’avantage de la nature avant de revenir pour le coucher de soleil… Mais face à la foule déjà présente sur place, je comprends que j’ai tout intérêt à rester.

TakaosanJ’ai passé ma veillée de Noël en compagnie de Fujisan, mais pas vraiment en tête à tête ;)
TakaosanCoucou le chat !

Je me place près d’un papy japonais et d’une étudiante chinoise. On tente de converser tant bien que mal, mais ils ne parlent pas très bien anglais et je ne baragouine que quelques mots de japonais, c’est pas gagné ! Je finis par discuter avec d’autres japonaises en attendant que le soleil se couche petit à petit.

Takaosan

Takaosan

Takaosan

Je retiens mes larmes face à la vision de Fujisan se teintant d’orange… Et je remercie intérieurement mon père de m’avoir prêté son téléobjectif, ce que je vois à travers mon écran me vend du rêve, mais en réalité, si je reprends mon 18-55, la vue ressemble plutôt à ça :

Takaosan

La position éloignée de Fujisan n’enlève rien à la magie du moment. C’est beau, tout est beau, j’aime le Japon et je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de triste à passer Noël seule quand on le passe en compagnie du Japon lui-même :)

Takaosan

Fujisan

Les lieux se vident petit à petit et le papy me propose de l’accompagner pour redescendre la montagne. Je serais bien restée jusqu’à ce qu’il ne reste rien du soleil, mais pourquoi pas se tenir mutuellement compagnie, après tout ? J’enfile mes gants – car si j’avais chaud après mon ascension, il fait maintenant glacial – et décide de le suivre.

La file pour le funiculaire étant très longue, nous préférons tout faire à pied. Mauvaise idée. Le funiculaire est celui qui a la pente la plus raide du Japon… Je vous laisse imaginer à quoi ressemble le chemin qui mène jusqu’à la gare. Si mon but était de faire de l’exercice, c’est réussi, je n’ai jamais autant forcé sur mes jambes ! On s’encourage mutuellement tout au long du trajet avec papy, jusqu’à enfin arriver à la station. Yokatta ne !

J’ai vraiment beaucoup apprécié ma promenade à Takao, qui est aussi beau que ce qu’on en dit. À refaire, je m’aventurerais sur les autres chemins de promenade, réputés pour offrir une belle observation de la nature et des animaux.

Pour plus d’informations sur les différentes pistes, n’hésitez pas à visiter ce site.

Quelques photos supplémentaires :

Leave a Comment