Japon,  Osaka,  Voyage

Japon – Osaka-jō

Jour 8. Aujourd’hui nous nous rendons vers un incontournable d’Osaka, à savoir son château (Osaka-jō), que j’avais déjà vu en 2007.

C’est sous un ciel nuageux que l’on sort à la station du métro… Ce que l’on aime au Japon, c’est ce mélange d’architecture moderne et de verdure. Là-bas, on trouve des arbres et des plantes un peu partout, et cette présence de nature en plein milieu urbain fait du bien ! Si seulement nos villes pouvaient prendre exemple sur eux. (Vue de part et d’autre du pont.)

Osaka-jo

Osaka-jo

On se dirige vers le parc du château, ne sachant trop vers où aller. Il n’y avait pas trop de monde quand j’étais venue il y a 7 ans, mais aujourd’hui, une bonne surprise nous attend : nous sommes en pleine Golden week (semaine fériée au Japon), et l’on découvre le parc remplit de familles, groupes de jeunes et autres venus y faire un barbecue, s’amuser, pique-niquer, picoler. Enfants, jeunes, vieux se mêlent dans une ambiance festive, avec des musiques de ci de là. C’est assez impressionnant à voir – et ça nous donne envie d’être en été !

Osaka-jo

Tandis qu’on s’affaire à photographier les environs, on assiste soudain à une scène qui aurait pu se dérouler chez nous : un japonais visiblement trop saoul, est venu gerber de façon tout à fait naturelle au pied d’un arbre, avant de repartir aussi vite qu’il n’était venu. À quelques secondes près il était dans notre appareil photo… Raté ! Par contre, ce qu’on n’a pas raté, c’est la masse de corbeaux venus picorer son vomi assez rapidement. C’est d’ailleurs quelque chose qu’on a pu constater là-bas : il semble y avoir beaucoup plus de corbeaux que de pigeons ! Ils sont immenses et on les entend croasser un peu partout.

Osaka-jo

On apprécie au passage la vue sur les gratte-ciels au loin qui se reflètent dans l’eau !

Osaka-jo

On continue notre promenade. Ici, on croise des barrières super mignonnes avec des petits oiseaux les décorant ; là, on croise des pancartes avec des chats… De ci, des enfants s’amusent à chasser les papillons, tandis que de là, des musiciens grattent sur leur guitare les notes de « Ah ! Vous dirai-je maman« .

Osaka-jo

On croise des petits stands forains vendant brochettes, fruits enrobés de sucre (type pomme d’amour, mais avec des fraises, impossible de résister ♥) et autres. On se prend quand même une glace pillée (un peu l’équivalent de nos granitas, ici il s’agit de glaçons couverts d’un sirop, je me souviens qu’on en faisait parfois il y a 7 ans au Kendo club, au lieu de pratiquer…).

Osaka-jo

On continue à grimper, enfin gratifiés d’un bref rayon de soleil.

Osaka-jo

Et enfin, on arrive face au château ! La foule est au rendez-vous, à différents endroits ont lieu des spectacles, on s’arrête pour regarder un homme monter sur un monocycle hyper haut et faire un peu de jonglerie. La file pour visiter le château en lui-même est bien trop longue, on préfère se contenter de contempler la vue et tout ce qu’il y a à ses pieds.

Osaka-jo

On décide de repartir tout doucement vers la station de métro. Et nous croisons un… Hibou ! Il s’agit en fait d’éleveurs qui ont pris avec eu hiboux et aigles, et laissent les visiteurs les approcher ou les prendre sur eux.

Osaka-jo

Osaka-jo

Les éleveurs ont un air fort « campagnard », l’un d’eux s’arrête sur le tatouage de mon bras, étonné par ce dernier, et ne cesse de me complimenter. N’étant pas sûrs de notre chemin pour retrouver la station, on en profite pour lui demander notre route… Comme souvent au Japon, il nous accompagne, tout en continuant à me complimenter et à dire à Vincent à quel point je suis jolie, etc. C’est un peu gênant, d’autant que je ne comprends pas grand chose et que Vincent doit chaque fois faire la traduction, tandis que je réponds des « Arigato » en rigolant 🙂

Cette fois-ci, on reprend le métro direction Dendentown. C’est le quartier de l’électronique à Osaka, une sorte d’équivalent d’Akihabara. Il y a une grande rue principale pleine de magasins d’électronique, et en parralèle, une rue plus « otaku », avec les classiques magasins de figurines, salles d’arcade, etc.

On a un changement sur notre route, on se retrouve dans des ruelles commerciales couvertes pleines de petits restaurants.

Osaka-jo

Osaka-jo

Une fois arrivés à la bonne station (Nipponbashi), on commence par s’arrêter pour goûter une brochette avec des mini-poulpes ! Ils sont tellement mignons que c’est presque triste de les manger. Au final ça goûte un peu la moule.

Osaka-jo

Première étape : la Nipponbashi-ota-road. Comme d’hab’, on s’arrête dans une salle d’arcade au hasard. À l’étage, ils ont des bornes pour du shôgi et du Mahjong.

Osaka-jo

On croise sur notre route, dans une petite ruelle anodine, un magasin de vêtements en latex. La vitrine attire mon œil :

Osaka-jo

En ouvrant la porte, on se demande si on a vraiment le droit d’entrer. C’est un tout petit magasin qui ressemble plus à un atelier, où il vend des vêtements latex en général importés de Londres. Je jette un œil rapide, puis on ressort pour continuer notre route.

Osaka-jo

On finit par faire un stop au Super Potato pour quelques achats (cf. article à venir sur les magasins retro au Japon). Lorsqu’on en ressort, on est accueillis par notre première pluie japonaise !

Osaka-jo

Osaka-jo

On quitte l’ota-road pour reprendre la rue principale, où fort heureusement c’est couvert. Commençant à sentir la faim, on décide de s’arrêter à un petit restaurant typique dans l’angle d’une ruelle : tout en longueur, minuscule dans la largeur, il y a une table en bois qui le longe, des troncs en guise de chaise, le comptoir, et les frigos – éviers – etc derrière où les serveuses circulent difficilement. Des bancs à l’extérieur nous permettent d’attendre que deux places se libèrent, et on commande notre premier plat de tempura (poissons et végétaux fris, ici servis sur du riz) !

Osaka-jo

C’est délicieux mais ça blinde bien, je ne serai pas parvenue à en venir à bout. On se hâte de finir, payer et repartir : s’il n’y avait aucune file quand nous sommes arrivés, maintenant, plusieurs japonais sont posés sur les bancs, lisant en attendant leur tour pour manger !

Et une dernière photo prise du petit balcon de l’auberge (nous avions la seule chambre de notre étage avec balconnet) :

Osaka-jo

« Oyasumi !« 

2 commentaires

  • Océane

    Hello !!
    Je viens juste de découvrir ton blog 🙂 (en cherchant des articles sur le Japon :D).
    Et je viens de découvrir que tu es de Liège aussi ! Je ne suis pas la seule ! 😀
    Sinon, quand je suis allé à Osaka en février, je me souviens que je n’ai pas aimé tant que ça la ville… J’ai apprécié me balader près du chateau mais la ville en elle-meme est un peu trop … commerciale pour moi ? En meme temps, je revenais de Kyoto donc bon… choc !
    Océane

    • Milk

      Eeeh ! C’est cool une Liégeoise ^^ Je me permets un petit instant « pub », si jamais, mon conjoint préside une ASBL sur le Japon à Liège (Passerelle-Japon – http://passerelle-japon.be/) et on aimerait organiser un de ces 4 une journée rencontre-échange pour les personnes qui souhaitent partir au Japon & celles qui y sont déjà allées. Si jamais ça t’intéresse de venir partager ton expérience 🙂 (Au pire si tu repasses pas par ici je te contacterai via ton blog ^^)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *