daikakuji

Kyoto : Daikaku-ji

Le Daikaku-ji est un ensemble de temples bouddhistes datant d’il y a 1200 ans. Des passerelles couvertes en bois relient les différents temples entre eux et tout ici inspire le zen.

Daikakuji

Daikakuji

La pluie a l’avantage d’éloigner les touristes… Je suis pratiquement seule pour faire le tour de ce complexe, n’y croisant qu’un couple de jeunes japonais que je laisse me devancer. Les intérieurs sont somptueux :

Daikakuji

J’avais lu que le temple bénéficiait d’un joli jardin, et en effet, malgré la météo grincheuse, le cadre est plus qu’agréable.

Daikakuji

Daikakuji

Daikakuji

Je suis seule dans les couloirs de bois, il n’y a que moi, les temples et les fracas des gouttes d’eau… Et d’un coup la pluie s’empare de mon être, je me mets à pleurer toutes les larmes que je retenais depuis le début de mon voyage. Je pense à mon Bon-Papa, décédé quelques mois plus tôt. Noël aura été l’une des dernières fois où je l’aurai vu vivant. Il fait partie des raisons pour lesquelles je voulais fuir pour les fêtes, je ne me sentais pas le cœur d’affronter son absence. Je pleure le manque, mais aussi le bonheur insatiable d’être là, plongée dans cette solitude bienfaitrice, reconnaissante envers la vie d’avoir mené mes pas jusqu’ici. Je voudrais rester là pour toujours, je ne veux plus bouger, je ne veux plus me poser ces mille questions sur le sens de ma vie qui m’ont bouleversée et secouée tel un tsunami face au départ de mon Grand-Père.

Daikakuji

J’essuie le sel resté collé à mes joues, et m’arrête à la boutique avant de repartir, afin d’y acheter un chapelet de prière gravé du logo du temple pour mon compagnon.

Je me dirige à pied vers la gare de Saga-Arashiyama, j’aurais bien aimé visiter d’autres temples ou parcourir la forêt de bambou mais mon estomac m’appelle et je veux avoir le temps de manger un bout avant de reprendre le shinkansen :)

Daikakuji

J’aime tellement cette ambiance pluvieuse !

Daikakuji

J’aurais un peu peiné à trouver la gare, mais enfin j’y suis.

Daikakuji

Retour à Kyoto où le ciel s’assombrit. Il semblerait que Cendrillon soit passée sur ma route, tant d’interrogations face à cette chaussure abandonnée au bord du trottoir…

Daikakuji

Je me dirige une dernière fois vers mon auberge afin d’y récupérer mes valises.

Daikakuji

Daikakuji

Daikakuji

Et c’est ici que s’achève mon (court) séjour à Kyoto. Prochaine étape : Odawara !

Et pour en savoir plus sur le Daikaku-ji, vous pouvez visiter son site officiel.

Leave a Comment