palmeraie

Marrakech – La Palmeraie

Je suis de celles qui aiment organiser ses voyages du vol au choix de l’hôtel, à effectuer des comparaisons, éplucher les possibilités, chercher ce qu’il y a de mieux et établir une liste de choses sympas à visiter.

Mais après un long été de travail épuisant et acharné, je n’avais qu’un seul but : partir vite, profiter enfin du soleil et ne pas me prendre la tête. On a donc opté pour une promo sur le site last minute, et c’est Monsieur qui a choisi la destination : le Maroc. Ça remplit mes critères dépaysement – soleil – repos – visites culturelles, on embarque donc à Metz direction Marrakech !

On a choisi, un peu au pif, l’hôtel Marmara Dar Atlas. Nous arrivons tard mais un petit buffet est prévu pour tous les voyageurs après le speech d’accueil, puis direction la chambre où l’on s’affale comme des loirs, fatigués du voyage. Ce n’est que le lendemain que nous pourrons découvrir à notre aise le cadre de l’hôtel, plutôt agréable par ailleurs. On a la chance d’avoir notre chambre à l’étage, dont le balcon donne sur l’arrière de l’hôtel, à l’abri du passage.

Marmara

Marmara

Le tout est très verdoyant et bien entretenu, il y a même des pintades qui se promènent…

Marmara

Il y a deux piscines et une petite pataugeoire pour les enfants. Comme c’est une option « all inclusive », le restaurant principal sert trois buffets par jour plutôt copieux et variés, et un snack bar permet de grignoter entre les repas.

Marmara

Marmara

Le bar, lui, propose divers cocktails alcoolisés ou non. Petit détail, il est possible de louer des jeux de société pour s’occuper en buvant sa bière, c’est ainsi qu’on a découvert le UNO marocain où « Le gagnant ne est connu jusqu’à le moment dernier » :)

Marmara

Marmara

On avait grandement besoin de repos après une période très difficile au boulot, c’était le cadre idéal pour ce faire. Le climat est agréable – ni trop chaud ni trop froid – , et il n’y a pas trop de monde en cette saison. Le seul gros point négatif de l’hôtel, c’est la connexion wifi pratiquement inexistante. En réalité c’était plutôt propice pour déconnecter à 100%, mais moins pratique pour établir un programme car je pensais regarder sur internet que faire une fois sur place… On se rabat donc sur les excursions proposées par l’hôtel.

Et on commence par une visite de la Palmeraie en dromadaire ! J’étais un peu inquiète à l’idée que les bêtes soient maltraitées, mais je finis par me laisser convaincre, après tout rien ne vaut de se faire sa propre expérience. On embarque donc avec 3 autres touristes.

Palmeraie

Palmeraie

Palmeraie

En arrivant, on nous présente les dromadaires et je monte sur Sabrina, derrière mon homme qui est en tête de cortège. Le guide nous emmène dans la Palmeraie, ou plutôt une partie de celle-ci vu son immensité. On voit la délimitation des parcelles agricoles, dont beaucoup sont vides car le climat n’était pas propice cette année.

Palmeraie

Palmeraie

On traverse un village local, où l’on peut bien se rendre compte de l’état de pauvreté du pays – et aussi de sa pollution. Pas de photos par respect pour les villageois.

Palmeraie

Et la promenade s’arrête chez l’habitant pour y déguster le thé à la menthe avec quelques olives, vraiment délicieux, le tout en papotant.

Palmeraie

Palmeraie

En descendant les dromadaires que l’on caresse au passage pour les remercier, je pose quelques questions supplémentaires au guide, ayant constaté des marques sur certains. Il nous a déjà expliqué durant le trajet que les dromadaires étaient correctement nourris et abreuvés avant et après chaque promenade, là où dans le désert ils peuvent rester plusieurs jours sans boire ni manger grâce à la nourriture qu’ils stockent. Visiblement, avant de faire les promenades dans la palmeraie, les dromadaires viennent du désert, où ils sont moins bien traités : les mâles sont marqués au niveau du cou pour être reconnaissables, et plutôt que des cordons noués autours du visage pour les lier entre eux (ce qui a déjà l’air douloureux), on leur place des anneaux dans le nez. Il nous montre sur un des dromadaires l’anneau qui n’a pas été enlevé et on voit directement l’animal réagir avec un mouvement de recul…

Et si certains portent ici une muselière, c’est simplement parce qu’ils sont trop gourmands, pour éviter qu’ils n’aillent manger les feuilles des palmiers durant les promenades. Le visage rempli de larmes que certains avaient (selon le guide, sans doute à cause de la poussière…) m’a quand même fait mal au cœur :(

Palmeraie

Heureusement, le retour à l’hôtel se fera en voiture, sous les couleurs du soleil se couchant parmi les palmiers !

Palmeraie

 La suite au prochain article…

Leave a Comment