Japon,  Tokyo,  Voyage

Odaiba

Croyez-le ou non, il m’aura fallu 5 voyages au Japon avant de visiter Odaiba, la célèbre île artificielle de la baie de Tokyo. Véritable zone de loisirs comportant de nombreux commerces, musées, et même une grande roue, elle attire également pour son immense Gundam grandeur nature et sa reproduction de la statue de la liberté.

La première fois, j’ai emprunté la ligne Yurikamome pour m’y rendre. Ce métro aérien offre une vue incroyable, et vaut la peine d’être pris ne fut-ce que pour l’expérience !

En sortant du métro, je cherche le fameux Gundam géant, qui est bien plus impressionnant en vrai qu’en photo :

Je rejoins des (ex-)collègues dans le centre commercial juste derrière, le DiverCity Tokyo Plaza. Après un tour du magasin Gundam à l’étage, on descend s’enfiler quelque chose de sucré. J’opte pour une glace surplombée d’une barbe à papa colorée. Yummy !

Nous reprenons ensuite le métro en quête d’un endroit où manger un vrai repas. Tokyo de nuit, toujours illuminée, toujours agréable à parcourir…

La 2e fois, je me rendais au fameux musée teamLab Borderless. Afin d’éviter une trop longue file d’attente, je pars de bonne heure, traversant l’îlot pratiquement vide.

Une fois ma visite terminée (j’en reparlerai prochainement), retour au centre commercial DiverCity Tokyo Plaza pour visiter le musée du caca et flâner un peu ! Et que serait un centre commercial japonais de cette envergure sans son magasin Hello Kitty ?

Après avoir englouti un bol d’Udon, je retourne dehors contempler le coucher de soleil.

Bien sûr, on ne peut passer par Odaiba sans aller voir la réplique de la statue de la liberté – qui fait en réalité 1/7e de la taille de l’originale…

 

Quelques photos plus tard, je me mets en route vers le Studio Coast pour la raison d’être de mon voyage au Japon : revoir Dir en grey en concert !

En vrai, je voulais m’offrir ce voyage pour mon anniversaire, mais j’ai préféré attendre d’avoir une place de concert avant de tout booker afin de faire d’une pierre, deux coups. Je rejoins Hachi – qui a pu m’avoir une place – à la station de métro la plus proche et nous nous rendons ensemble à la salle. Comme elle vit au Japon depuis longtemps déjà, elle a l’habitude du fonctionnement des concerts japonais et je la suis sans trop poser de questions. On laisse nos affaires dans un casier, puis on attend qu’ils fassent entrer le public en fonction des numéros de billet, et on se faufile dans la fosse pour avoir une bonne vue sur la scène.

Deuxième fois que je les vois au Japon, je sais donc ce qui m’attend : un concert relativement calme et codifié, où le public ne scande et ne bouge qu’à certains moments clés, restant sagement immobile le reste du temps. En tant qu’européennes, on a l’habitude des fosses secouées, alors on bouge et on headbangue tout du long mais en faisant du sur-place, veillant à ne bousculer personne. Pas de pogo violent et pas question de se faufiler après le début du concert : tu restes figé au même endroit jusqu’à la fin du show, sans toucher personne.

Cette ambiance semble irréelle. Ici, ma petite taille est dans la moyenne, et aucun téléphone n’est brandi dans les airs – c’est interdit. J’ai donc une vue prenante sur la scène, ce qui ne m’arrive que rarement en temps normal. Je savoure chaque minute, chaque seconde, et je me laisse exploser sur Merciless Cult. Souvenirs d’un temps lointain ; de notre premier concert à Berlin. Presque 15 ans, déjà !

La setlist se compose essentiellement de chansons de leur dernier album, The Insulated World. Pas forcément mon préféré, mais les chansons passent bien en live, et mon coeur se serre sur Ranunculus, la plus belle à mes yeux. Quand le set se termine, les « Encore » résonnent dans l’attente du rappel. C’est sur Utafumi que le show s’achèvera, suite à quoi nous quittons rapidement la salle, puis nous nous séparons : elle rejoint son fils, et moi, ma chambre de ryokan.

Hachi n’est pas seulement une fan invétérée de Dir en grey, elle est surtout une tatoueuse de talent qui m’avait encrée sous la poitrine lors de mon précédent voyage, j’en parlais ICI. Le tattoo cicatrisé :

N’hésitez pas à la suivre sur facebook ou instagram, et à prendre rendez-vous si vous souhaitez repartir avec un souvenir indélébile de votre voyage au Japon ! (Quand on pourra à nouveau voyager, bien sûr…)

En rentrant à l’auberge, je papote avec le réceptionniste et lui explique que je reviens d’un concert de Dir en grey… Et voilà qu’il s’étonne qu’une étrangère connaisse ce groupe, et me confie être fan aussi ! Je retournerai définitivement là-bas à mon prochain voyage 🙂

Localisation

Unicorn Gundam Statue
〒135-0064 Tokyo, Koto City, Aomi, 1 Chome−1−10 ダイバーシティ東京プラザ内 2Fフェスティバル広場
Ouvert 24 h/24

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *