River Kwai Jungle Rafts

Deuxième étape de notre voyage : Kanchanaburi, direction un hôtel flottant sur la rivière Kwai. Nous prenons le bus jusqu’à la gare routière de Kanchanaburi, où l’on a le choix entre payer une blinde pour un taxi privé, ou payer moins d’un euro pour prendre un autre bus. Nous partons donc chercher à manger en attendant le départ dudit bus.

L’intérieur est un peu vétuste, avec des ventilateurs rouillés et une ancienne télé sans écran qui sert de meuble. Après un long voyage en bus, perdus au milieu de nulle part, nous suivons les panneaux routiers en direction de la jetée en traînant nos valises sous la chaleur, jusqu’à ce que nous croisions un motard qui nous demande à quel hôtel nous allons. Cinq minutes plus tard, le revoici au volant d’une voiture, nous invitant à monter. Méfiants, nous demandons le prix (car en général, tout se paye) : en fait, c’est gratuit, il travaille pour la chaîne d’hôtel et nous amène en rien de temps à ladite jetée. Nous aurions sûrement pu trouver de quoi appeler dès le début, et nous épargner la longue route sous la sueur…

Nos bagages sont chargés à bord d’un rafiot, et nous démarrons en direction de l’hôtel qui n’est accessible que par ce biais.

Lorsqu’enfin nous arrivons, nous découvrons un paradis. Quatre jours dans un cadre idyllique où les chambres se succèdent dans une charmante décoration florale tandis que le bois grince sous nos pieds nus…

J’aime les nombreuses plantes suspendues, tout comme semble l’être le temps dans cet endroit.

Et le soir, l’eau se met à briller de mille feux au déclin du soleil.

Le petit plus, c’est l’absence d’électricité et de wifi. Nous voici coupés du monde, loin de la technologie. Quand la nuit approche, torches et lanternes sont allumées pour nous laisser dans une ambiance tamisée.

Chaque chambre dispose d’un hamac privé à l’arrière.

Le restaurant est, lui aussi, très agréable, et si le petit déjeuner continental n’est pas forcément génial, les repas thaïlandais que l’on nous sert chaque soir sont à tomber.

Mais le meilleur de tout, c’est la possibilité de plonger dans la rivière et se laisser porter par le courant. Il suffit d’enfiler un gilet de sauvetage, de se glisser dans l’eau… Et de savourer.

Future Miss Gilet Jaune !

Même sans plonger dedans, rien que d’y tremper les pieds est un plaisir absolu…

Dans ce genre d’endroit, je n’ai besoin de rien. Juste me poser et savourer ; bouquiner tout en me balançant doucement sur le hamac ; écouter le chant des oiseaux et le cri des tokays ; me laisser bercer par le tangage de l’hôtel au gré des humeurs de l’eau ; apprécier le spectacle de la nature qui nous entoure.

Bien sûr, tout n’est pas rose : les excursions à l’extérieur coûtent un pont ; les boissons du bar sont plus chères que les prix moyens thaïlandais (ce qui revient donc à payer le même prix que chez nous) ; les vrombissements du moteur des rafiots sont un réveil un peu brutal ; et pour peu que des groupes d’hôtes bruyants passent par là, vous serez extirpés de votre sieste par ce qui vous semblera être un troupeau d’éléphant venu se baigner.

Je préfère malgré tout n’en retenir que le positif. J’y ai passé un séjour merveilleux, et je recommande chaudement cet endroit à quiconque cherche quelques jours au calme (en priant pour qu’aucun groupe de russes ou de chinois ne vienne, bien sûr, briser cette quiétude) 😉

Merci à Lunie pour les photos de moi !

Plus de photos (cliquez pour voir en entier) :

One Comment

  1. Magic Aly says:

    Wouah, en effet, ça doit être reposant de se couper de tout. Physiquement mais surtout sur le plan psychologique.

    Jolies photos 🙂

Reply to Magic Aly Cancel Reply