France,  Urbex

Villa abandonnée

Nous passions régulièrement devant cette imposante villa qui titillait mon envie de me remettre à l’urbex. Lorsque des amis de mon compagnon ont évoqué le sujet, j’ai sauté sur l’occasion pour leur proposer cette visite.

En réalité, le titre de cet article aurait pu être « l’urbex de la déception« … Quand on voit un bâtiment de l’extérieur, on ne sait jamais sur quoi on va tomber ; on ne peut qu’imaginer. Située dans un quartier plutôt aisés, nous rêvions déjà d’y trouver moult merveilles à photographier…

Pour finalement y découvrir ni plus ni moins qu’un chantier abandonné. Quelques outils laissés ça et là, des pièces qui se suivent et se ressemblent toutes…

Des tuyaux qui jonchent le sol, des sols de douche en cours d’installation… Rien de bien transcendant.

À certains endroits, on perçoit des restes de vieux papier peint ou du plancher ancien. Au vu de leur dégradation, certains châssis n’avaient pas encore été changés.

On finit par tomber sur une partie qui a été squattée il y a peu de temps.

Finalement, je crois que cet encadrement de porte avec ses décorations en métal, c’est ce que j’ai préféré de l’intérieur de la villa !

D’après la date de péremption de différents emballages trouvés sur place, les travaux ont dû être stoppés au plus tard en 2015. Sans doute la villa était-elle retapée pour en faire un hospice ou quelque chose du genre, étant donné le nombre de chambres – nous avions de prime abord pensé à un hôtel, mais vu l’endroit, ça semble peu probable.

Quelques autres photos en vrac…

Nous avions commencé par la partie de droite, nous décidons donc d’explorer la partie centrale…

Le rez-de-chaussée est plongé dans la pénombre, on trouve un cadavre de chien en décomposition dans l’une des pièces. Aux étages, toujours la même rengaine : des pièces vides et délabrées en rénovation.

Je raffole des vieilles textures et des vitres brisées !

Foutu pour foutu, on décide de faire le tour pour aller voir l’arrière.

Là se trouve finalement la partie la plus intéressante de la visite : des rampes d’escaliers rouillées qui jonchent le sol !

On s’amuse à prendre quelques photos sur lesdits escaliers, puis on revient sur nos pas pour aller de l’autre côté cette fois.

Une fois le tour fait, me voici sur un parking avec quelques bombonnes et poubelles qui traînent. Toujours rien de très transcendant, je prends quelques photos rapidement…

Et voici l’heure de quitter les lieux, sans regret !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *