Wat Arun

En route vers Wat Arun

Après la visite du Palais et du Crematorium Royal, nous nous rendons aujourd’hui de l’autre côté de la rive en direction du Siriraj Medical Museum, dans l’idée de rejoindre ensuite le temple Wat Arun à pieds.

Je raffole des découvertes incongrues et en cherchant des choses à faire à Bangkok, il me semblait indispensable de visiter le Musée Médical : les descriptions promettaient une exposition de phénomènes médicaux divers, incluant des bébés malformés conservés dans du formol. Après avoir dégusté toutes les saisons d’American Horror Story, nous nous devions de voir ça ! Nous grimpons donc dans un taxi en direction de l’hôpital de Siriraj.

Bangkok

Bangkok

Le musée se divise en plusieurs sections et nous peinons à en trouver l’entrée, car l’hôpital est divisé en plusieurs bâtiments distincts – on se croirait presque dans une mini-ville à dire vrai. Nous trouvons enfin la première partie de l’expo et devons hélas abandonner nos affaires dans un casier : pas de photos à l’intérieur du musée !

Nous commençons par l’Ellis Pathological Museum, qui expose différentes pathologiques ainsi que des organes atteints. Le plus impressionnant est l’exposition de divers bébés malformés conservés dans du formol.

Mais ce n’est rien à côté de la 2e expo juste à côté, nommée Songkran Niyomsane Forensic Medicine Museum (essaye de prononcer ça 10 fois très vite pour voir…). On est accueilli par diverses photos de meurtres violents, accidents graves et suicides, avec en-dessous des ossements et crânes humains montrant l’impact de ce type d’accident – par exemple, des crânes ayant subis l’impact d’une balle, avec le trou bien visible.

On débouche ensuite sur une longue rangée d’armoires contenants des organes dans du formol, tous atteints de divers problèmes : cirrhose du foie, poumons noircis par le tabac, organes déchiquetés après un accident, et j’en passe… Ainsi à nouveau que des fœtus ou bébés victimes de déformation, par exemple après un violent accident de voiture ou encore suite à la consommation de drogue pendant la grossesse.

Plus loin, divers objets ayant servis dans le cadre de meurtres sont exposés sous verre, et l’on peut observer les cadavres momifiés des criminels maintenus debout dans des vitrines. C’est presque surréaliste. On peut aussi contempler les outils ayant servis à l’autopsie du corps d’un ancien roi.

Vous pouvez voir des exemples en photos sur le site BANGKOK.COM.

Autant dire qu’il faut avoir le cœur bien accroché pour visiter ce musée et que j’en suis ressortie en titubant. Oui, je suis une petite nature, et tous ces organes et cadavres, ça m’a quelque peu retourné l’estomac…

À côté, on trouve le Parasitology Museum, qui se concentre sur les divers parasites comme par exemple les vers intestinaux.

Pour visiter la suite du Musée, nous devons ressortir et nous diriger vers un autre bâtiment. L’exposition la plus importante est le Congdon Anatomical Museum, qui montre entre autres le système nerveux et le système artériel complet du corps humain.

Et là, c’est la déception : on se fait rembarrer à l’accueil parce qu’ils sont en train de faire le ménage et que donc on ne peut pas passer. WTF. La dame de l’accueil nous dit de revenir dans quelques heures… C’est-à-dire à l’heure de la fermeture. Ça sentait surtout la grosse connasse qui n’avait pas envie de se faire chier à faire son boulot et qui de surcroît nous prend pour des cons. Malheureusement on ne peut pas forcer l’entrée, on se dirige donc vers la dernière exposition avec un arrière-goût amer dans la gorge.

La dernière exposition est la moins captivante : elle aborde le sujet de la préhistoire, qui est certes très intéressant, mais aussi beaucoup plus commun et donc plus « déjà vu ».

Bangkok

Bangkok

On retente un passage par l’autre exposition… En vain. Nous nous dirigeons donc hasardeusement en direction du Wat Arun, nous perdant dans les ruelles thaïlandaises au hasard de nos pas.

Bangkok   Bangkok
Je ne le répèterais jamais assez : se perdre au hasard, ça a du bon. Voilà que l’on s’arrête dans un temple qui comporte un magnifique petit jardin avec… Une armée de crapauds. Sérieusement, je n’ai jamais vu autant de crapauds réunis en un seul point !

Bangkok

Bangkok

C’est avec une grande attention que l’on fait le tour sous l’œil avisé de quelques moines, veillant à ne pas écraser de crapauds, parce qu’il y en a absolument partout et ils sont parfois bien camouflés…

Bangkok

Les crapauds sont accompagnés de statues de cerfs et de lapins. Malgré la simplicité du temple en lui-même comparé à la richesse architecturale des autres que nous aurons visité, ça n’en reste pas moins l’un des plus beaux que j’aie pu voir, ne fut-ce que pour cette petite parcelle incongrue et pleine de charme :)

Bangkok

Il commence à faire soif : on s’arrête un moment pour boire un coup dans une ruelle fleurie où l’on observe passer les écoliers.

Bangkok

Bangkok

Bangkok

Juste à côté, un petit magasin vend divers objets d’artisanat bouddhistes, ainsi que des pièces de monnaie. On s’arrête donc un long moment pour sélectionner avec soin d’anciennes pièces à acheter. Véritable numismate passionnée et visiblement ravie de pouvoir en parler, la vendeuse nous sort ses pièces les plus rares, dont certaines datent du règne des plus anciens rois de Thaïlande. Un échange très intéressant dont nous serons ressortis avec un trou dans le porte-feuille mais plein de jolis souvenirs.

Bangkok

Bangkok

On reprend notre quête vers le Wat Arun, continuant à marcher au hasard en jetant régulièrement un oeil à Google Map pour s’assurer que l’on va bien dans la bonne direction.

Bangkok

Bangkok

Bangkok

On s’arrête devant un petit temple dans un petit quartier. Ici, on est loin de la grande ville et des buildings, c’est le charme des petites habitations qui longent les ruisseaux…

Bangkok

Bangkok

Il semblerait que l’on se rapproche du but !

Bangkok

Encore une rencontre incongrue : en observant l’un des nombreux petits cours d’eau qui parsèment la ville, on y voit, au loin, ce qui semble être un varan. Ou comment regretter de ne pas avoir pris le télé-objectif avec :)

Bangkok

Après avoir pris 50 photos de chats sur le chemin – qui feront l’objet d’un autre article -, nous voici enfin au Wat Arun ! On craignait que ce soit déjà fermé, mais il nous reste très exactement 5 minutes pour prendre nos tickets. Sauvés !

Wat Arun

Wat Arun

Wat Arun

Une fois de plus, l’architecture est superbement travaillée et fourmille de détails.

Wat Arun

Wat Arun

Wat Arun

Wat Arun

C’est vachement plus beau que la coordination de ma tenue, qui s’achève par une faute de goût immense de par le port de baskets roses et noires tranchant complètement avec le reste. On comprend pourquoi je ne suis pas une « fashion blogger » ;) Mais au moins, c’est confortable !

Wat Arun

Étant arrivés tard, déjà le ciel s’assombrit et l’on nous fait signe de nous diriger vers la sortie…

Wat Arun

Wat Arun

On prend quelques dernières photos des environs avant d’embarquer en bateau pour rentrer à l’hôtel.

Wat Arun

Wat Arun

Wat Arun

Quelques photos supplémentaires (cliquez pour voir en entier) :

One Comment

  1. Lunie says:

    J’en veux toujours pluuuuus TT
    Faut trop qu’on se fasse un petit voyage une fois pour passer notre temps à tout photographier :D

Leave a Comment