Japon,  Kyoto,  Voyage

Japon – Kyoto : Ginkaku-ji

Jour 6. Ce qui est bien chez J-Hoppers, c’est que pour 3 nuits passées chez eux, on a droit à un coupon : soit 300Y de réduction, soit un cadeau (bonbons, cartes postales…), soit une location de vélo gratuite pour une journée.

Nous nous levons donc de bon matin pour profiter de cette dernière option. Nous commençons par le traditionnel petit déj’ au bord de l’eau, puis nous enfourchons nos vélos avec un objectif : rejoindre le Ginkaku-ji ! Pour se faciliter la vie et profiter du paysage, on décide de longer les quais…

Il fait chaud, le souffle du vent sur nos visages est agréable et on savoure cette petite promenade. Après un bon moment à pédaler, on finit par quitter le cours d’eau pour tenter de trouver le sentier de la philosophie. On s’arrête à un premier petit temple en hauteur, à nouveau super mignon.

Kyoto - Ginkaku-ji

Il y a un énorme mouton en papier ! Difficile de rendre sa taille réelle en photo, mais il est plutôt impressionnant…

Kyoto - Ginkaku-ji

À l’entrée de chaque temple, on trouve toujours une petite fontaine d’eau (« mitarashi« ) pour se laver les mains et se purifier dans un rituel bien précis. On prend la louche de la main droite, on la remplit là où l’eau coule et on se lave la main gauche. Ensuite, l’inverse, on se lave la main droite avec la main gauche, et enfin, on verse de l’eau dans sa main gauche pour se rincer la bouche.

Kyoto - Ginkaku-ji

On reprend la route et après divers tours, détours, montées et égarements, on débouche enfin sur le fameux sentier. Un minuscule cours d’eau s’écoule paisiblement à notre droite et la promenade est super agréable ! C’est là que nous croiserons l’installation la plus géniale que l’on ait vue pour les chats… Mais je réaliserai un article « spécial chat » par la suite ^_^

Kyoto - Ginkaku-ji

Arrivés au bout du cours d’eau, on parque nos vélos pour rejoindre le temple situé un peu plus haut.

Kyoto - Ginkaku-ji

Kyoto - Ginkaku-ji

Le Ginkaku-ji est réputé pour son joli jardin et l’intérieur est magnifique. Une fois de plus, on s’émerveille sur ce talent qu’ont les japonais pour leurs jardins… Si beaux, si « zens » ! C’est tellement difficile de rendre honneur à leur beauté en photo…

Kyoto - Ginkaku-ji

Kyoto - Ginkaku-ji

On aime beaucoup le fait que là-bas, c’est la mousse qui domine.

Kyoto - Ginkaku-ji

Kyoto - Ginkaku-ji

Une fois arrivés en haut, la vue est également apaisante, avec le pavillon d’argent qui ressort parmi la verdure.

Kyoto - Ginkaku-ji

La visite est un peu trop courte hélas, mais nous sommes enchantés par le lieu. On ressort, on décide une fois de plus de quitter la ruelle commerciale pour passer par les petits chemins et on tombe sur un nouveau temple un peu plus loin.

Kyoto - Ginkaku-ji

On trouve dans pas mal de temples ces espèces d’énormes lanternes en papier (chōchin). Il semblerait que les inscriptions soient les noms des sponsors, à confirmer ?? En tout cas, je trouve ça super joli. Une petite overdose de photos pour la cause !

Kyoto - Ginkaku-ji

L’endroit est agréable, entouré de verdure une fois de plus. On se pose sur des marches afin de manger les onigiris qu’on avait gardé dans nos sacs, avant de reprendre la route.

On croise un groupe d’écoliers, tous avec leur petite casquette blanche, c’est adorable. L’un d’eux m’a captée avec mon appareil photo et en a profité pour prendre la pose, trop chou ! (Dommage que la photo soit un peu cramée, c’est ça de shooter en manuel et de devoir réadapter ses réglages à chaque photo…)

Kyoto - Ginkaku-ji

On enfourche nos vélos pour reprendre la route, direction le palais impérial. Je n’en ai pas de photos mais je tenais à partager cette anecdote : le long du palais, il y a des allées plus grandes qu’une autoroute et pleines de graviers, certes un peu galère pour y rouler. Il y a un mini creux, des espèces de minuscules douves, et le palais à quelques centimètres. Vincent est parvenu à se planter dedans et se cogner contre le mur… Trois secondes après, on entend une énorme alarme retentir. Je vous laisse imaginer le fou rire que j’ai eu tandis qu’il pestait !

On a bien vite repris nos vélos, au final l’entrée était fermée (en fait le palais ne se visite pas comme ça, on l’a appris plus tard) et on a quitté les lieux. Mais je garde ce souvenir mémorable bien en tête et je rêverai de voir une vidéo-surveillance du baka gaijin qui se viande comme une merde contre le palais 😀 (Mais je l’aime !)

Sur ces mésaventures, on décide de se reposer et de s’accorder une pause shopping. J’ai rangé mon appareil photo pour le reste de la journée, on commence par s’arrêter pour manger un Burger King puisque ça n’existe pas chez nous, et on prend le burger teriyaki (un spécial japonais, quand même !). Grand dieu, ça coûte le tiers du prix de chez nous et c’est succulent ! Même leurs frites ne semblent pas grasses dégueulasses comme les nôtres.

On continue vers une arcade commerciale, découvrant au passage la marque B-SIDE qui fait des stickers hyper canons et quelques autres produits (badges, sacs, posters, …) avec des dessins et des graphismes over-the-top. On craque tous deux pour un t-shirt et quelques bricoles.

Puis, oh malheur, (encore) un magasin de jeux vidéo… Vincent qui refait le plein… Je vous laisse imaginer le trajet retour, les paniers remplis à ras bord et Vincent zigzaguant le long des quais jusqu’à l’auberge avec une console en boîte à son guidon.

Dans tous les cas, c’était une journée très agréable ! S’il y a une ville où il faut faire du vélo au Japon, je pense que c’est bien Kyoto. Le cours d’eau est vraiment sympathique à longer, et pas mal de temples sont accessibles dans des ruelles pas si loin des ponts. En plus, la ville est relativement plate, ça grimpe parfois un peu pour accéder aux temples mais au moins, ça redescend quand on les quitte !

Il faut juste faire attention à ne pas se perdre de vue… On a quand même vécu l’épisode le plus stressant de notre séjour, où on est parvenus à se perdre l’un l’autre. Il m’a dépassé par la route alors que je pensais qu’il était toujours derrière moi sur le trottoir, je m’arrête, je me retourne pour l’attendre, je ne le vois pas, je finis par remonter vers le carrefour à sa recherche, le pire étant que lui aussi a essayé de remonter pour me retrouver mais on a du se croiser en se ratant… Il avait le plan mais heureusement, il m’avait dit que c’était tout droit pour retrouver le gros cours d’eau. J’ai donc fini par redescendre, une boule au ventre, en espérant parvenir à le retrouver au pont.

Donc, un conseil, prévoyez-vous toujours un point facile où vous retrouver au cas où pour ne pas ruiner votre journée ! J’imagine que c’est moins problématique pour les gens hi-tech, ce qui n’est pas notre cas, pas de smartphone, pas d’internet, aucun appareil nous permettant de communiquer, juste un bon gros coup de stress sur le moment même.

On termine cette journée pleine d’émotions par le même petit izakaya que la veille et on se prépare tout doucement à faire nos adieux à Kyoto !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *