Luxembourg,  Urbex

L’ancienne tôlerie

It’s urbex time again ! Fin d’année, nous avions décidé de visiter une villa abandonnée non loin de chez moi. En voyant le cadenas de la barrière ouvert, cela nous semblait un peu trop facile… Et en effet, en s’approchant de l’entrée, on sent une odeur de fumée, on entend des bruits à l’intérieur. On en déduit que la villa doit être en rénovation, et on fiche le camp illico presto avant d’être repérés !

Qu’à cela ne tienne : puisque j’habite proche de la frontière Luxo, où ce ne sont pas les lieux propices à l’urbex qui manquent, on part pour une autre visite. La voiture garée sur le bas-côté, on longe les bâtiments en quête d’une façon d’entrer dans l’enceinte, suivant un chemin aux couleurs automnales…
 
À l’arrière, la grille est trop haute que pour être escaladée, mais le muret offre la possibilité de s’y agripper pour glisser en bas. Pas du tout rassurée avec mon vertige, c’est Volky qui y va le premier pour m’installer une échelle qu’il tient fermement pendant que je descends en tremblant.

À l’arrière de l’enceinte se trouvent des matériaux de construction, laissant envisager une possible rénovation à venir ?

Pour être honnête, nous nous sommes rendus là sans vraiment savoir ce que nous allions trouver. En pénétrant à l’intérieur, ce qui semble être un vaste entrepôt se dresse devant nous. Il n’y a plus grand chose à l’intérieur : des étiquettes d’envoi jonchent le sol, quelques machines et meubles en mauvais état traînent de ça de là.

En faisant quelques recherches après la visite, il s’avère qu’il s’agissait d’une tôlerie spécialisée dans la galvanisation à chaud.

Il s’agit d’un procédé permettant de protéger les métaux contre la corrosion (merci wikipedia !).
Les premières productions auraient démarré en 1959, et leur arrêt daterait de 2013.

On visite les pièces annexes où l’on trouve quelques vieux documents, bureaux, outils et consorts.

Petit aparté, mais j’aime beaucoup la forme des clés restées sur les portes ❤️

J’avoue avoir souri en voyant ce tag (sachant que j’ai déjà réalisé quelques illustrations Viva la Vulva) 🙂

Quelques autres photos de l’entrepôt :

Un peu moins sympa, dans une pièce, nous trouvons plusieurs cadavres d’animaux : rongeurs, oiseaux, fouines… Le corps noirci, en décomposition. Spectacle digne d’un film d’horreur. Je sais que la mort rebute de nombreuses personnes, ce qui est tout à fait naturel, pour moi elle n’est que la continuité de la vie, ou plutôt sa fin pour un nouveau commencement. Je n’irai bien sûr jamais photographier un cadavre humain, mais quand je croise des animaux morts, j’aime à leur rendre un dernier hommage par l’image.

Âmes sensibles, s'abstenir...

Nous ressortons du bâtiment et le longeons sur le côté pour continuer notre exploration. Nous passons devant quelques autres bâtiments, sans pour autant nous y arrêter.

Petit problème, pour rejoindre le bâtiment à l’avant, il faut passer devant des fenêtres derrière lesquelles se trouvent des habitations… On avance donc à pas de loup, accroupis, pour éviter d’être repérés.

Le bâtiment est divisé en deux parties avec un couloir ouvert au centre (je n’ai pas pensé prendre de photo de l’extérieur, en même temps ça évitera de le rendre trop facilement reconnaissable 😉 ). Rien d’intéressant dans la première partie, seulement des bureaux presque vides. Nous entrons donc par une fenêtre de l’autre côté du bâtiment.

À l’étage se trouvent les vestiaires des ouvriers.

Les sanitaires présentent d’énormes fontaines à eau, plutôt impressionnantes.

Bien que les casiers soient vides, on trouve encore quelques paires de chaussures, casques, et des stickers collés sur les parois.

Au sous-sol, la salle des archives.

La nuit commence à tomber, nous ne tardons donc plus trop à repartir !

Par flemme de rebrousser chemin, nous trouvons une échelle dans un coin que nous dressons le long du mur afin de sortir rapidement.

Petit passage à la station service pour remettre de l’essence, et sur le retour, une voiture était stationnée devant le bâtiment… Peut-être avons-nous été repérés, mais heureusement, nous serons sortis avant de croiser qui que ce soit !

Date de la visite – Automne 2021

Localisation – Luxembourg

Type – Industrie

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *