Japon,  Tokyo,  Voyage

Unko Museum

Aujourd’hui, pour se changer les idées, je vous embarque vers un musée plutôt à l’image de la situation merdique actuelle : Unko Museum, le musée du caca. Ayant un goût un peu trop prononcé pour l’humour fécal, lorsque j’ai appris son existence, j’étais obligée de le mettre sur ma « to do list » !

Initialement installé à Yokohama, après quelques mois d’exposition temporaire, le musée déménage pour s’installer définitivement à Odaiba, au 2e étage du centre commercial DiverCity Tokyo Plaza.

Il est possible de réserver sa place en ligne, mais dans mon cas, je suis arrivée sans réservation et par chance, il n’y avait personne ! Après avoir déboursé 1800¥ (~15€), je pénètre dans l’antre du caca. Sitôt arrivée, je suis invitée à m’installer sur un WC coloré et à crier « UNKO ! » (qui signifie « Caca ») en faisant semblant de déféquer.

Magie : en me levant, un caca rose est apparu au fond du WC ! L’hôtesse m’offre un bâton sur lequel placer mon précieux excrément, et me souhaite une bonne visite.

Arrivée au centre du musée, il se décompose en plusieurs petites pièces, tantôt présentant un décor propice à des photos instagram, tantôt interactives.

Mon décor préféré est sûrement cette pièce « kawaii » à souhait, qui recrée un décor digne d’une Tea Party – ou plutôt, d’une Poop Party !

Une autre pièce se présente comme un « Unko Mart« , une épicerie avec de faux distributeurs de produits Unko, et quelques vrais produits dérivés à acheter.

Une pièce propose un jeu interactif, des cacas apparaissent par projection sur le sol, et il faut sauter dessus pour les voir éclater. En face, c’est la mini salle d’arcade !

« Amusez-vous sur des jeux de merde hautement toxiques.
Obtenir un score élevé sera plus satisfaisant
que de poser une grosse pêche !« 

Je les teste tous rapidement, mes préférés sont celui où on doit ramasser les petits cacas colorés qui tombent du selle, euuuh du ciel, et celui ci-dessous où il faut tirer sur des cacas géants qui envahissent la ville. Mais sans surprise, je suis nulle à chier…

Au fond, on arrive sur la partie créative du musée. Des dessins réalisés par des auteurs ornent un énorme pillier central, tandis que derrière, divers objets « caca » sont exposés le long du mur.

Le petit plus, les visiteurs sont invités à laisser leur marque !

J’ai du coup dessiné un petit Unkochu ♥

Si vous aimez ce genre de parodie, j’ai redessiné de nombreux personnages de « Poop Culture ». Cliquez sur l’image ci-dessous pour en voir plus !

Pour quitter le musée, il faudra passer la porte des toilettes.

Je me retrouve dans un couloir noir décoré de cacas lumineux qui changent de couleur…

La sortie se fait par le magasin du musée, où il sera possible d’acheter divers produits dérivés.

Alors, qu’est-ce que j’en ai pensé ?

Le musée est ultra coloré et ludique. Pour ce qui est de se divertir, il fait le taf, et ses décors plairont sans aucun doute à n’importe quel.le instagram-addict. Par contre, le tour est vite fait, et le prix d’entrée est un poil élevé – sûrement pour justifier le caca avec lequel on repart.

Si vous avez des enfants, la visite sera très amusante, il y a notamment une mini piscine à boules avec un immense étron au centre. Pour les adultes, ce sera sûrement plus fun à deux, afin de mieux profiter des jeux et des décors photo. Du reste, je m’attendais à avoir un peu plus de contenu (je ne m’étais pas renseignée pour ne pas me « spoiler » avant d’y aller !), mais je suis très contente de l’avoir fait, ça file le sourire et ça met de bonne humeur !

Ce n’est selon moi pas un indispensable, mais si vous en avez les moyens et que vous appréciez l’humour douteux, il sera à ajouter sur votre liste pour un moment détente 🙂

Localisation

Unko Museum
DiverCity Tokyo Plaza 2F, 1-1-10 Aomi, Koto-ku, Tokyo
10:00 〜 21:00
1.800 sur place, 1.600 en prévente
https://unkomuseum.com/en/tokyo/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *